fbpx

Récits de voyage : l’Extrême Nord chilien

Travel Coach Chile > Guide Région > Récits de voyage : l’Extrême Nord chilien

Comme beaucoup d’entre vous ne peuvent pas partir à la découverte de nouveaux horizons, nous vous proposons un voyageur intérieur, que nous avons préparé grâce à nos anciennes photos. En remontant dans nos albums de 2019, on s’est replongé sur une destination loin du tourisme de masse, dépaysante et insolite : la région de Parinacota et d’Arica. En effet, chez TravelCoachChile, nous nous attachons à proposer des alternatives aux circuits très classiques comme San Pedro de Atacama ou Torres del Paine. Pour ceux qui sont en quête de grands espaces, de découvertes culturelles, et surtout d’authenticité, le choix de l’Extrême Nord s’impose comme une évidence.

Direction l’extrême nord pour un récit de voyage aux couleurs locales et hors des sentiers battus !

Récit d’un séjour de 4 jours, d’Arica au Salar de Surire, en passant par la méconnue vallée de Codpa

Vol de petit matin, et arrivée avec le lever du soleil à Arica,où  nous prenons un taxi pour rejoindre un de nos hébergements favori, où nous attend un petit déjeuner fait maison. Après s’être rassasiés, nous en profitons pour faire le tour du propriétaire. Nous découvrons avec plaisir que ce logement de charme a récemment acquis le Sello S, garant d’une infrastructure hotellière durable.

Ensuite, nous avons rendez-vous avec notre guide pour débuter notre roadtrip de 4 jours. Nous accrochons tout de suite avec Alvaro, qui est un grand amateur de trekking et un fervent protecteur de la nature. Après un petit tour dans le plus grand marché du nord du pays, nous partons en direction la vallée de Azapa, avec un passage obligé par son musée archéologique, qui renferme les momies les plus vieilles du monde, héritage de la culture Chinchorro.

 

Nous redescendons ensuite vers la côte pour un repas de produits de la mer dans une caleta typique. C’est l’une de nos premières occasions pour faire plus ample connaissance avec Alvaro, qui nous explique qu’il se considère d’abord Aymara avant Chilien et il nous partage sa passion pour la culture et les traditions de cette communauté ancestrale.

Une fois rassasiés, nous prenons la route vers l’intérieur des terres, en passant par les statues de Presencias Tutelares, dans la pampa de Chaca. J’ai eu un premier coup de cœur pour ce lieu, alors que nous ne sommes qu’au début de notre aventure… ce qui en dit long sur la suite. Nous entrons alors dans la vallée de Codpa. Cette vallée est en fait un véritable oasis ! Quelle surprise ! Nous apprenons par Alvaro que c’était un lieu d’échange pour les communautés ancestrales qui arrivaient ici en caravanes afin d’y vendre ou d’échanger leurs produits. Une chose est claire : il y fait bon vivre. Le village de Codpa est accueillant, et nous nous en profitons pour faire le tour des partenaires qui reçoivent habituellement nos voyageurs.

Connaitre nos partenaires

Nous séjournons dans une petite propriété installée en terrasses, dans une chambre dont les murs en pierre gardent la fraicheur en été et la chaleur en hiver. La propriétaire nous propose de déguster leur vin maison en apéritif, et nous fait visiter son jardin (un petit paradis). La soirée se déroule tranquillement dans un petit restaurant, où nous faisons plus ample connaissance avec Alvaro.

Au lendemain matin, après un bon petit déjeuner de produits locaux (confiture à base des fruits du jardin), on se met en route pour notre deuxième jour. Au programme : découverte de tous les villages typiques et acclimatation en douceur car nous dormirons cette nuit à 3 500 m ! Puisque nous sommes actuellement à 1850m, on se prépare donc à un lent dénivelé de 2000m.

Premier arrêt pour découvrir les pétroglyphes de Ofragía. Dommage que le site ne soit pas mieux protégé (on peut voir qu’il existe des « nouveaux pétroglyphes » récemment taillés dans la roche), mais sommes quand même impressionnés par la richesse de ce lieu symbolique.

Nous prenons maintenant la route de la précordillère et visitons les minuscules villages de Timar, Tignamar, Saxamar et Lupica, sur le chemin de la culture Aymara et des civilisations précolombiennes. Alvaro nous raconte qu’il fait partie d’un groupe de travail qui tente de réhabiliter le Chemin de l’Inca, « Qahaq ñan », héritage du patrimoine historique et culturel inca.

Nous passons également par Belén, seul village à l’ambiance coloniale du XVIIe siècle, vestige de la route des Espagnols. Nous croiserons sur notre chemin beaucoup de petites églises traditionnelles, souvent décorées avec des rubans aux couleurs bariolées. Dernier arrêt par le village pittoresque de Socorama, et nous atteignons alors les paysages montagneux sur la route de Putre.

Encore un arrêt photo depuis le mirador, et nous arrivons dans notre Lodge tenu par une famille Aymara. Ce soir nous sommes invités dans le restaurant préféré d’Alvaro, qui nous raconte son parcours de guide, son histoire familiale, et comment il a pris conscience de l’importance de ses origines Aymara. On apprend qu’il a travaillé pour la commune et qu’il a mis en œuvre de nombreuses initiatives pour conscientiser les jeunes générations de l’importance de leur héritage culturel, tout en encourageant les activités en extérieur. Nous sommes très touchés par son histoire. Nous terminons cette deuxième journée pleine d’émotions et partons dormir car la journée qui nous attend demain promet d’être fatiguante, et les premiers effets de l’altitude commencent à se faire sentir.

Nous commençons cette troisième journée par un petit déjeuner dans la salle commune du Lodge, et nous faisons la connaissance d’autres touristes, notamment allemands et chiliens. Nous échangeons quelques bons plans, et nous remettons en route avec Alvaro vers le Salar de Surire. On va dépasser les 4 500 m, donc on prévoit beaucoup d’eau pour tenir le coup.

En chemin nous faisons une petite randonnée jusqu’au village de Guallatire et profitons ensuite de la faune et la flore de la réserve de Las Vicuñas. Enfin, nous arrivons au superbe Salar de Surire. Nous sommes impressionnés par le paysage spectaculaire, et prenons notre temps pour faire de belles photos. On a la chance de pouvoir apercevoir des vicuñas et les 3 sortes de flamants roses qui existent au Chili (James, Andin, Chilien). C’est l’un de nos panoramas préférés de tout le séjour. A couper le souffle (littéralement, puisque nous sommes à 4500m d’altitude).

Après avoir fait le tour du Salar, nous passons par des habitats traditionnels et encore habités ! Alvaro en profite pour nous expliquer qu’il organise des trekkings itinérants sur plusieurs jours, et que c’est dans ces petites maisons qu’ils trouvent refuge. On en profite pour visiter, pour valider si ca pourrait convenir à nos voyageurs en quête de défi sportif et d’authenticité. On en déduit que ca peut le faire, mais il faut quand même être prêt à dormir dans des conditions très rudimentaires, et à 4 200 m d’altitude… Alvaro nous emmène alors dans son village natal, où il connait tout le monde bien sûr.

Dernier arrêt de la journée : les thermes naturels de Polloquere. Une pause détente bien méritée. Ensuite, retour vers Putre, où un bon repas nous attend. Bilan de la journée très positif, même si les effets de l’altitude se révèlent un peu plus forts que prévus autant pour moi que pour Alex qui m’accompagne (un ancien de l’équipe TravelCoachChile). C’est sûr, ce soir, on fait l’impasse sur le verre de vin que nous propose Alvaro.

Dernier jour, déjà ! Nous sommes tristes que le temps soit passé si vite, et en même temps Alex souffre beaucoup de l’altitude, et nous savons qu’il est important de redescendre. Il nous manque encore la découverte d’un des joyaux de la région : le parc national Lauca. Pas question de partir sans l’avoir vu, nous nous mettons donc en route. Alvaro nous propose de nombreux arrêts, et petites randonnées, pour favoriser l’acclimatation. Nous avons d’ailleurs la chance d’observer un vizcacha.

Nous admirons le magnifique paysage des volcans Payachatas et le paysage andin qui nous entoure depuis quelques jours déjà. On croise encore quelques lamas et alpagas, et on visite le fameux petit village précolombien de Parinacota, qui a donné son nom à la région. On arrive enfin à la Laguna Cotacotani, et au Lago Chungara. Pas de chance, le temps se couvre et gâche un peu la photo, mais c’est le jeu des voyages 😉 On ne contrôle pas le climat. On aurait pu profiter des thermes naturels de Jurasi pour se détendre avant de redescendre, mais Alex n’est vraiment pas bien , donc on décide d’abréger ses souffrances et de rentrer.

Dernier arrêt dans la vallée de Lluta, d’où nous bénéficions d’une vue panoramique sur les montagnes environnantes. Ensuite, nous profitons d’une pause déjeuner bien méritée, dans un espace pour le moins insolite : un café d’altitude (Pueblo Mallku), tenu par Alexis et Andrea, un couple qui a décidé de quitter le mode de vie classique des villes pour venir s’installerà 3000 m d’altitude, au milieu de nulle part. Ils vivent là à 6 aujourd’hui, car ils ont 4 enfants, et ils revendiquent un mode de vie alternatif, à l’écoute de la nature. Rencontre mythique, moment de partage rempli d’anecdotes et de bonne humeur. De quoi terminer notre séjour en beauté.

 

C’est la tête chargée de souvenirs, et le cœur rempli d’émotions que nous faisons nos au revoir à Alvaro, notre merveilleux guide et accompagnateur de ces 4 jours. Nous avons passé un séjour fabuleux, vécu des moments inoubliables, et fait des rencontres dont nous souviendrons encore longtemps. Merci pour tout Alvaro !

Si vous aussi vous souhaitez découvrir cette région insolite, et vivre une vraie expérience de voyage, contactez-nous ! Nous nous ferons un plaisir de vous concocter un itinéraire sur-mesure dans cette région chilienne en dehors des sentiers battus.

Pour l’instant on doit rester chez nous, mais ne vous inquiétez pas, le Chili vous attend  !

Leave a Reply


Envie de créer un
itinéraire sur-mesure?

2 lamas blancs chili extreme nord putre chullucane

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour de recevoir tous les mois des bons plans et des idées pour votre séjour!